en résidence du 16 au 25 octobre 2020 et du 26 avril au 2 mai 2021

C’EST ARRIVÉ PAR LE VENT

C’est arrivé par le vent est en cours de réalisation et s’intéresse notamment aux mécanismes de mise sous silence et d’enfouissement de la parole. A travers différents dispositifs photographiques et performatifs, le projet se construit au fil des visites rendues à un groupe d’habitants de Canals, petite ville de la Pampa Húmeda en Argentine, qui s’est soulevé contre les pratiques de l’agriculture intensive qui empoisonnent les riverains.  En effet, les grands propriétaires terriens n’hésitent pas à faire réaliser des fumigations de pesticides par voie terrestre ou aérienne de pesticides, parfois à quelques mètres des habitations, et à stocker machines et produits chimiques dans le village.

Ce groupe lutte pour rompre l’omerta et faire connaître l’impact sanitaire et écologique des pesticides dans leur région. Soutenus par des scientifiques, ils font face ensemble au discrédit dont les études réalisées sur le terrain font l’objet, aux analyses falsifiées et aux chiffres maquillés par les autorités.

Durant la résidence à la Métive, seront réalisées différentes actions filmées ou photographiées à partir des documents, photographies et témoignages recollectés en Argentine.

Julia Amarger est une photographe plasticienne franco-argentine. Elle a étudié à la Ciudad de las Artes de Cordoba en Argentine et à Paris 8 en Master Photographie et Art Contemporain.

Dans ses projets, elle joue avec les limites de la photographie pour montrer ce qui ne peut être dit et dire en image silences et non-dits. Elle travaille à partir de secrets ou de ce qui est voué à être passé sous silence, en intégrant à ses projets une dimension performative.

Julia Amarger a été membre du groupe de recherche « Imágenes, huellas y supervivencias » rattaché à l’Université de Córdoba (Argentine).

Son travail a été exposé à Fotofever (Carousel du Louvre, Paris), à la Maison Robert Doisneau (Gentilly), Mains d’oeuvres (St Ouen), 100 ecs (Paris), Nuit blanche 2018 (Paris) et en Argentine au Museo de las mujeres (Córdoba), la Nuit des musées (Córdoba), L’Universidad Nacional (Córdoba), Espacio Contemporáneo de Arte (Mendoza) et au Palais de Glace (Buenos Aires).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires