en résidence de septembre 2021 à juin 2022

 

Une branche fleurie et mille boîtes de balles

L’Émirat islamique des talibans a été évincé en octobre 2001 après une frappe aérienne de la coalition dirigée par les États-Unis et l’OTAN dans le nord de l’Afghanistan. Après le renversement des talibans, une nouvelle constitution a été formée et le deuxième chapitre de la constitution a reconnu les droits et libertés fondamentaux des citoyens. Avec la signature de la nouvelle constitution, une démocratie fragile s’est formée en Afghanistan. Au cours de cette période, la liberté d’expression a été reconnue comme un droit humain fondamental dans la constitution afghane. En conséquence, de nouvelles associations et de nouveaux personnages ont émergé sur la scène littéraire afghane. Des centaines de recueils de poésie et d’histoires ont été publiés au cours de cette période, et de nouvelles langues et de nouveaux sujets sont entrés dans la littérature afghane contemporaine. Cet espace a duré 19 ans, 10 mois, 3 semaines et 2 jours. Une période qui a commencé dans l’espoir et s’est terminée dans le chaos et la frustration. Beaucoup y ont vu une période de transition de la tyrannie à la démocratie, mais ce fut une période de dix-neuf ans et dix mois d’instabilité, d’attaques sanglantes des talibans contre les villes et de violents combats dans les campagnes. En plus des attaques terroristes des talibans, la corruption généralisée du gouvernement afghan a contribué à l’effondrement du gouvernement et de la démocratie naissante. Enfin, en août 2021, le système de la République démocratique d’Afghanistan a fait face à un effondrement complet.  Quelle a été l’interaction entre la littérature contemporaine et l’atmosphère socio-politique de l’Afghanistan ?  Le projet Une branche fleurie et mille boîtes de balles cherche à répondre à cette question.

 

Biographie 

En 2018, Ramin Mazhar a obtenu sa licence à la Faculté de langue et littérature persanes de l’Université de Kaboul. Il écrit de la poésie et de la fiction depuis dix ans et a de l’expérience dans le journalisme et le travail des droits de l’Homme en Afghanistan. De 2016 à 2019, Ramin a travaillé pour Hasht Sobh, le journal le plus lu d’Afghanistan. Il travaille pour la Commission afghane indépendante des droits de l’Homme depuis 2020, et la même année, il a également travaillé pour la BBC persane. Un certain nombre de poèmes et de chansons de Ramin ont été interprétés par des musicienn.e.s afghan.e.s de musique alternative.

En décembre 2019, le Festival national de poésie et de peinture pour la paix a présenté la statue du « Poète gracieux » aux poèmes de Ramin Mazhar. Ce geste symbolique vise à défendre le temps d’Ahmadi devant les tribunaux. En 2021, les poèmes de Ramin ont remporté la première place au Wounds of War Art Festival organisé par l’Institut afghan pour les droits de l’homme et la démocratie.  En septembre 2019, au plus fort des pourparlers de paix américano-talibans, Ramin Mazhar a organisé un programme de poésie de protestation à l’Université de Kaboul, où il a interprété ses poèmes de protestation. Le programme était une protestation contre un processus appelé « processus de paix avec les talibans ». Les organisateurs du programme pensaient que le processus de paix mené par les États-Unis avec les talibans avait mis l’Afghanistan sur une autre voie du chaos, car les victimes de la guerre, les femmes, la société civile et les jeunes professionnels afghans n’étaient présents à aucun moment du processus. Le programme indiquait que le soi-disant processus de paix versait une rançon aux talibans et que les États-Unis préparaient le terrain pour la purge du terrorisme taliban et de sa légitimité.

 

© Philippe Aufort