résidence du 11 au 26 juin 2020 et du 7 au 22 août 2020

sortie de résidence le 23 juin 2020 à 20:00 à La Métive

Florian Fouché pratique une sculpture associée à des formes photographiques. Son travail prend souvent comme point de départ l’organisation spatiale de lieux spécifiques comme le musée du paysan roumain à Bucarest, l’atelier reconstitué de Brancusi à Paris ou le quartier des martyrs à Tulle. Diplômé de l’Ensb-a en 2012, il a présenté son travail au Palais de Tokyo, à l’Ensb-a, au Carré d’art de Nîmes, au musée Unterlinden, au CIAP de Vassivière, au SKC (Belgrade), dans l’atelier d’Eustache Kossakowski chez Anka Ptaskowska… Il prépare actuellement un livre sur le musée du Paysan roumain qui paraîtra en 2020. www.florianfouche.com

 

Florian Fouchéle musée-atelier des objets-repères (d’après Fernand Deligny)

Pendant sa résidence à la Métive, Florian Fouché continuera sa recherche plastique autour du «musée-atelier» que l’écrivain et éducateur Fernand Deligny imagina lors de  la «tentative des Cévennes» (1967-1995), une expérience de vie radicale, sur presque trente ans, avec des enfants autistes profonds. Deligny est au coeur d’un réseau de personnes qui vivent avec les autistes: les “présences proches”. Avec Deligny, ils inventent des objets qui prolongent et activent ses élaborations conceptuelles et fictionnelles : beaucoup ont été fabriqués et utilisés dans les «aires de séjour». En ces lieux, la sculpture, dans un sens élargi et sans être vraiment nommée comme telle, occupe une place importante et le statut des objets est extrêmement varié. Il en demeure des récits, des concepts et des traces magnifiques mais pratiquement tous les objets réels sont détruits ou ont disparu à la fin de l’époque expérimentale des aires de séjour. En partant des cartes, textes, films et photographies, Fouché constitue une collection élargie d’« objets-repères ». Il s’agit par là d’inventer un espace sculptural (et documentaire) à partir de la « tentative des Cévennes » devenue pour l’artiste un espace actif de jeux, de migrations et de prolongements.

 

ASSASINS l’atelier Brâncuși recomposé, 2016. Détail : planche 6 extraite d’un portfolio de 14 planches composé de 28 photographies. 29,7 x 42 cm.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

douze − un =

Poster commentaire