Le lieu

Le Lieu

De 2002 à 2007, la Métive a maillé l’ensemble du territoire creusois en organisant des résidences d’artiste et des rencontres avec le public sur l’ensemble du département.
La Métive est implantée depuis 2007 à Moutier-d’Ahun, village rural du centre de la Creuse situé à 25 km entre Guéret et Aubusson, réputé pour la beauté de ses paysages, son patrimoine médiéval et son intense activité artistique et culturelle.
En 2012, Avec le soutien de collectivités locales, le moulin qui héberge l’activité des artistes a été entièrement rénové.
L’interdisciplinarité de La Métive et son implantation en zone rurale et non dans une grande ville du département, en font un acteur hors norme et complémentaire des infrastructures existantes dans l’ensemble de la Creuse.

Infrastructures

Depuis le 22 septembre 2012, la Métive a pris ses nouveaux quartiers dans le moulin rénové de l’abbaye de Moutier-d’Ahun. Ce sont au total 400 m² d’espaces de travail  : salle de danse, salle de répétition, ateliers…

Historique

1555-1789 : LE MOULIN SUR LA CREUSE EST LA PROPRIÉTÉ DE L’ABBAYE DE MOUTIER-D’AHUN

  • 1555 : transaction reconnaissant le droit de construire une écluse et un moulin sur la Creuse.
  • 1633 : un bail est établi entre l’abbé Louis Chasteignier, abbé commendataire de l’abbaye de Moutier-d’Ahun, et Jean Simonnet du moulin de Moutier-d’Ahun, moyennant le paiement d’une rente annuelle, atteste de l’existence du moulin en 1633. Il indique aussi que ce moulin était la propriété de l’abbaye mais que cette dernière par le biais du bail l’affermait à des laïcs, qui se chargeaient de son fonctionnement.
  • 1689-1732 : Anne Simonnet, descendante de Jean, est meunière du bourg. Différentes mentions apparaissent dans ses actes de mariage (elle se maria quatre fois et transmettait la qualité de meunier à chacun de ses nouveaux époux), également sur son acte de décès où figure le titre de « meunière du moulin de ce bourg du Moutier ».

1790-1958 : APRÈS LA RÉVOLUTION, CONFISCATION DES BIENS DE L’ABBAYE, LES PROPRIÉTAIRES DU MOULIN SE MULTIPLIENT

  • 25 juillet 1790 : tous les biens du monastère devenus biens nationaux sont acquis par la commune, dont le moulin du Moutier.
    En 1790 il s’agit d’un moulin à grain, avec une meule en état, accompagné d’un appartement trop exigu pour loger un meunier, et les murs menacent de se transformer en ruines.
  • 24 et 25 février 1791 : acquisition du moulin du Moutier lors de l’adjudication des biens nationaux de l’abbaye par M. Jorrand et M. Perrichon pour 13 000 livres.
  • En 1837 le moulin est couvert de paille et est constitué d’un rez-de-chaussée et d’un premier étage ainsi que d’une roue motrice de moulin à eau. Il y a également une maison attenante au moulin, composée d’un rez-de-chaussée et d’un étage, qui est aussi couverte de paille.
    -1843 : M. Louis Martinet devient propriétaire du moulin, qui restera dans sa famille
    par le jeu des successions jusqu’en 1973.
    -1864-1906 : Eugène Brutinot devient le propriétaire du moulin, c’est à lui que nous devons le bâtiment qui existe actuellement. En effet, il « rase tout et reconstruit le moulin » sur quatre étages.
  • En 1876, le nouveau bâtiment est composé de quatre niveaux et est celui que l’on peut encore voir aujourd’hui. Le nouvel édifice conserve néanmoins une meule pour le seigle datant de l’ancien moulin. Le reste du travail est réalisé grâce à l’utilisation de matériaux plus modernes, propres aux activités de meunerie, installés par la fonderie Muzay d’Auxerre. Le déroulement des travaux est décrit de la manière suivante : « un nettoyage complet très soigné pour ne livrer à la mouture qu’une matière première parfaitement épurée, puis un comprimeur à blé, un broyeur extracteur à huit cylindres, un convertisseur double, quelques bluteries centrifuges et ordinaires, sasseurs et brosse à son ». Le rendement du moulin à cette époque était de 80 quintaux et pouvait aller jusqu’à 100 quintaux par jour.
  • 1916 : Elie Rouchon-Mazerat devient propriétaire. Il améliore également les mécanismes de la minoterie en choisissant de remplacer l’ancienne grande roue située à l’avant du moulin par deux turbines américaines.
    1. La petite turbine a un débit de 1260 l/s et la grande un débit de 1600 l/s. Ces turbines entraînaient, à l’aide de courroies d’une part, une dynamo à courant continu qui permettait d’alimenter le moulin et la maison attenante en électricité, et d’autre part les poulies qui servaient au bon fonctionnement de l’usine.
  • 1958 : le dernier meunier du moulin de l’abbaye est Eugène Rouchon-Mazerat. Cependant, si l’activité de minoterie cesse en 1958, la famille possède le moulin jusqu’en 1973.

DE 1973 À NOS JOURS : DIVERSIFICATION DES ACTIVITÉS DANS LE BÂTIMENT DIT « MOULIN DE L’ABBAYE »

  • 1973 : un antiquaire achète le moulin (la famille Legendre) et y installe son activité
  • 1989 : la commune de Moutier-d’Ahun décide d’acquérir le bâtiment, qui est alors à l’abandon
  • 1991-2006 : création et installation du Site de l’outil où plus d’un millier d’outils seront exposés
  • 2006-2007 : a CIATE (Communauté de Commune Creuse Thaurion Gartempe) installe ses bureaux dans l’ancienne maison des meuniers
  • 2007 : arrivée de l’association de la Métive au moulin de l’abbaye
  • décembre 2011 : lancement des travaux de réhabilitation du moulin de l’abbaye pour la création d’espaces de travail dédiés aux artistes en résidence
  • 2012 : sur les quatre précédents niveaux du moulin, seuls deux subsistent.
  • 22-23 septembre 2012 : lors d’une festive exceptionnelle, inauguration par la CIATE des nouveaux espaces de travail de la Métive au sein de l’ancien moulin réhabilité.